L’effritement de l’espace (4)


Étirement - espace - élan ; puis attendre : immobile, piétinement, le sac descend de l’épaule, tombe au sol, attend qu’on le ramasse, qu’on le remette sur l’épaule, qu’on reparte, un peu plus loin. Le droit de remonter le quai. Attendre à l’entrée du quai une vérification. Trouver sa place. Remonter les voitures, les wagons, chercher les portes, avec les numéros sur des étiquettes interchangeables, à se demander ce qui ne l’est pas, remonter, on a compris, il y a longtemps, la composition des TGV, toujours la même, voitures de première, voiture-bar, voitures de seconde, la sienne, à côté de la voiture-bar, toujours la même composition, le point de repère est la voiture 14, ou la voiture 4, c’est la même, interchangeables, elles aussi, on a compris il y a longtemps, sur le quai, les voyageurs impatients et inquiets, alourdis de valises, de sacs, et de toutes leurs incertitudes, se laissent dépasser par ceux qui reprendront le même train le soir-même, ou le lendemain, et la semaine d’après encore, encore une fois, pour qui ce n’est pas un voyage, simplement un aller-retour, aller, dans l’espace, retour, le même, dans l’espace inversé, interchangeable, défaire ce qu’on a fait, refaire en sens inverse, inverser les pas, les effacer, sauf pour ce qui est de la pesanteur des corps, de la fatigue de plus en plus pesante. Parfois on est si perdu, si loin dans le jour, qu’on ne sait plus dans quel sens va le train, dans quel sens on fait le trajet, le reflet dans la vitre donne l’impression d’une direction de mouvement que le corps, approximativement, confirme, alors que c’est l’inverse, on ne sait plus quelle est la destination, ni quel est le point de départ, on sait seulement qu’on est quelque part entre le départ et l’arrivée, toujours les mêmes. Étirement - de l’espace - avant son annulation par le trajet retour dont on a déjà la date, le billet, le numéro, et qui se fera en moins de 24 heures, le tout, aller-retour, tenant dans l’espace de temps réduit qui fait que ce n’est pas un voyage, seulement un aller suivi du retour l’annulant, dans un temps restreint, obligeant à surveiller les minutes tout au long du jour, et pour quoi on n’emporte rien, très peu, presque rien, de toutes façons ce n’est pas un voyage, simplement à travers l’espace et le temps, l’insertion dans le jour de la nécessaire annulation de tout mouvement pour pouvoir revenir.



Isabelle Pariente-Butterlin _ Licence Creative Commons BY-NC-SA
1ère mise en ligne et dernière modification le 16 septembre 2016.



1 Message

vos commentaires et interventions

|L’effritement de l’espace|
L’effritement de l’espace (5)
L’effritement de l’espace (4)
L’effritement de l’espace (3)
L’effritement de l’espace (2)
L’effritement de l’espace (1)

mots-clés

Follow IsabelleP_B on Twitter

vos commentaires