De la tendresse jusqu’au déchirement (18)


Marche tête baissée, crois-moi, simplement ce geste, dans l’arrondi de la nuque, marche en regardant ton ombre caresser les détails du monde, en laissant ton ombre caresser le monde, il n’est pas grave qu’elle perde un peu sa forme ni qu’elle oublie d’être rectiligne, crois-moi, un instant oublie le désespoir de l’horizon et ses exigences impossibles, suspends le désespoir géométrique aux oscillations de la marche, à la fascination lente de la marche. Elle berce nos désespoirs dans le crépuscule incliné qui se laisse rejoindre de ce seul mouvement.

Et un instant, la vie est aussi légère que ton pas.



Isabelle Pariente-Butterlin _ Licence Creative Commons BY-NC-SA
1ère mise en ligne et dernière modification le 3 avril 2016.



|De la tendresse jusqu’au déchirement|
De la tendresse jusqu’au déchirement (24)
De la tendresse jusqu’au déchirement (23)
De la tendresse jusqu’au déchirement (22)
De la tendresse jusqu’au déchirement (21)
De la tendresse jusqu’au déchirement (20)

mots-clés

Follow IsabelleP_B on Twitter

vos commentaires