L’intention d’agir est-elle une visée ?


Critiquant le modèle searlien des directions d’ajustement entre l’action que l’on vise et celle que l’on réalise, Valérie Aucouturier dans Qu’est-ce que l’intentionalité ? avance cette idée :

"Il n’y a jamais véritablement de coïncidence entre l’action visée et l’action réalisée, parce que l’action visée en pensée possède une certaine généralité que l’action effective ne possède pas ; ou plutôt l’action effective est singulière, elle possède une spécificité que la visée intentionnelle de cette action n’a pas" [1].

L’exemple sur lequel elle s’appuie pour rendre compte de cette affirmation est que, quand je vais m’acheter une robe, la robe que je m’achète a des propriétés que n’avait pas l’intention que j’avais : elle est de telle couleur alors que je n’avais pas d’idée précise en tête. C’est une robe particulière, alors que j’avais l’intention de m’acheter une robe, dont je ne connaissais pas à l’avance les caractéristiques.

Il faudrait y voir là l’indice, selon elle, que "l’action est par définition un processus en devenir : ce qui advient dans l’action est nécessairement marqué par des éléments contingents qui ne font pas partie de la visée de départ de l’agent" [2].

Je voudrais avancer quelques arguments destinés à infléchir quelque peu cette conception. On l’aura compris, la question est de déterminer quand on peut considérer qu’une action est ou non intentionnelle, c’est-à-dire si on peut considérer que le paradigme est qu’elle réalise une intention qui était la nôtre avant que nous ne la réalisions.

On peut tout à fait analyser l’écart entre l’intention, générale, qui est la mienne, d’acheter une robe, et la robe singulière comme mettant en mal la perspective de la visée au profit du surgissement et des aléas du réel et du hasard. Mais on pourrait tout aussi bien considérer que mon intention, acheter une robe, sera satisfaite si je reviens avec une robe, n’importe laquelle, mais non pas si je reviens avec un short, ou sans avoir rien acheter.

Dès lors, on pourrait considérer que la visée (qui est l’élément qu’elle entend critiquer dans la maxime) a une dimension arbitraire au sens où il existe, selon Kit Fine, des objets arbitraires : un objet arbitraire est un objet qui a toutes les propriétés essentielles qui déterminent son appartenance à une classe d’objets, mais dont je ne connais pas les autres propriétés [3]. Ainsi d’un triangle arbitraire, je peux dire que la somme de ses angles est égale à deux angles droits, mais je ne peux pas dire s’il est tracé à la craie ou au crayon, quelle est sa hauteur ni son aire, par exemple. Ainsi mon intention d’acheter une robe peut être une intention d’acheter une robe arbitraire. Lorsque je reviendrai avec une robe, qui est une instanciation particuière dans le monde de l’objet arbitraire robe, j’aurai satisfait mon intention. Il se peut en effet que, dans certaines situations, nos intentions comportent des objets arbitraires dans leur visée. Ce n’est évidemment pas le cas, si je décide d’acheter telle robe noire que j’ai repérée dans la vitrine, et qu’effectivement je l’achète.
Si c’est le cas, c’est-à-dire si on accepte l’hypothèse selon laquelle nos intentions comportent des objets arbitraires, alors la différence entre l’action visée et l’action réalisée ne permet pas de critiquer le modèle de l’intention comme visée.



Isabelle Pariente-Butterlin _ Licence Creative Commons BY-NC-SA
1ère mise en ligne et dernière modification le 22 juillet 2013.


[1] Valérie Aucouturier, Qu’est-ce que l’intentionalité ?, Librairie philosophique J. Vrin, 2012, p. 53-4.

[2] Aucouturier, 2012, p. 53.

[3] Kit Fine, « Natural Deduction and Arbitrary Objects », Journal of Philosophical Logic, 14 : 1 (1985 : Fév.), p. 57-107.


|Méta-éthique et métaphysique de l’éthique|
L’intention d’agir est-elle une visée ?
Décision et intention : ce qu’apporte la méta-éthique
La méta-éthique établit les possibilités multiples de l’éthique
La dimension modale de la méta-éthique
La possibilité de la méta-éthique

mots-clés

Follow IsabelleP_B on Twitter

vos commentaires