aBdM (16)


Je ne sais pas pourquoi les bords des mondes s’appellent les bords des mondes. Le nom est ainsi venu. À l’arrache, à la va vite.

— Comment tu veux l’appeler ?
— … aux bords des mondes ?

Je ne savais pas pourquoi. C’était un élan. Un instinct. Un réflexe ? Sauf qu’il n’y a pas d’instinct dans la vie intellectuelle, non ? Ou alors les bords des mondes sont en marge d’elle. Ou alors, je ne sais pas, je ne sais pas pourquoi. Ou bien ils sont en sont centre, le plus extrême et le plus silencieux.

Les bords des mondes, qui n’existent pas. Ils n’existent pas. Les bords des mondes d’où l’on se penche. Ils n’existent pas. Dans le vide, assurément. Vers quoi ? Vers où ? Vers quoi se penche-t-on des bords des mondes qui n’existent pas ?

D’ailleurs leur non-existence tombe bien. Je n’existe pas trop. Pas complètement. Pas assurément. Même si je ne croise que des gens convaincus de leur existence. Je ne suis pas le je des bords des mondes. Je ne suis pas le je qui n’existe pas aux bords des mondes.

Donc aux bords des mondes, il y a "on". Il n’y a que lui : on. On-écrivant. On-seul et écrivant. Et personne d’autre que ce on-écrivant. Et les dissonances n’importent pas. Il est seul et n’est pas tenu dans un réseau d’interférences sociales. Il est moi défait des interférences sociales, il est moi, sans doute, sans les lourdeurs, les pesanteurs, les impossibilités, les limites de la vie sociale. Il est moi seul et donc il m’échappe et il n’est pas moi.

Et arrêtez avec cette histoire d’accord au féminin : on-écrivant vous échappe.

Depuis deux ans et demi que j’écris chaque jour, plusieurs fois par jour, aux bords des mondes, je commence à comprendre pour quelles raisons multiples et complexes ils s’appellent ainsi, que je ne pouvais tout de même pas entièrement avoir à l’esprit quand j’ai proposé ce nom. Ce n’est pas possible.

Il est possible que toute mon écriture et toutes les phrases écrites aux bords des mondes et toutes les ponctuations de la respiration visent seulement à justifier entendre comprendre supposer corroborer qu’ils soient les bords des mondes. À cela seulement. Qui n’a aucune importance. Qui demeure dérisoire. Sauf pour ce je qui n’est pas aux bords des mondes.

Il y a là une structure en quinconce que je tente de comprendre.



Isabelle Pariente-Butterlin _ Licence Creative Commons BY-NC-SA
1ère mise en ligne et dernière modification le 3 mars 2013.



|Méta-blog|
Nos gestes concertants (déconcertants)
Des îlots en friche, et tout cela donnant du sens
De l’absence de frontières aux bords des mondes
Où respirer ?
Et le reste …

mots-clés

Follow IsabelleP_B on Twitter

vos commentaires